Abbaye cisterciene Sainte Marie du Désert à Bellegarde Sainte Marie
Accueil

L'agenda des évènements

Canton

Carte du canton

La communauté de communes

La vie scolaire

Les transports

Plan, itinéraire

Manger, dormir

Produits du terroir

Gîtes ruraux

Camping nature

Chambres d'hôtes

Aire de camping-car

Hôtels

Restaurants

Tourisme

Curiosités, patrimoine

  • L'abbaye Ste Marie du désert

Sur la route des châteaux

Culture, loisirs

Fêtes et animations

Loisirs et détente

L'ail violet

Tout sur l'ail violet

Propriétés de l'ail

Recettes

Les associations

Sportives

Culturelles

Sociales

Autres

Annuaires utiles

Professions libérales

Artisans et commerçants

Autres services

L'histoire

Toutes les communes

Promenade dans Cadours

Contacts

Syndicat d'initiative

Contact Abbaye :

ATELIERS MONASTIQUES DU DÉSERT

Abbaye Ste Marie du Désert
31530  BELLEGARDE Ste MARIE

Tél.   05 62 13 45 45
Fax   05 62 13 45 35

 

 

 

Tourisme : L'abbaye

L'abbaye cistercienne Sainte Marie du Désert
Bellegarde Sainte Marie

HISTORIQUE DU SANCTUAIRE / LA CHAPELLE DE PÈLERINAGE

Si l'on en croit la tradition, c'est en 1109 que Marie Desclassan, jeune fille noble des environs, se retira dans ce vallon de la Gascogne Toulousaine pour y vouer sa vie à Dieu dans la solitude et la prière.

Situé à 30 kms de Toulouse, non loin de la vallée de la Save, ce lieu était inculte et désert, perdu au milieu de coteaux boisés, d'où son appellation d'Herm.
La jeune ermite mourut en 1117, et les populations alentour honorèrent son tombeau.
La chapelle près de laquelle était inhumée Marie Desclassan devint un lieu de pèlerinage sous le patronage de la Nativité de la Sainte Vierge (8 septembre), et prit dès lors le nom de Sainte Marie de l'Herm.
Bientôt, cette terre fut défrichée et peuplée, comme en témoignent des documents du XIII ème siècle. En 1273, Jourdain IV, comte de l'Isle (L'Isle Jourdain dans le Gers), octroyait des coutumes aux habitants de "La bastide de Sainte Marie de l'Herm". 

Contrairement aux bastides voisines de Grenade sur Garonne et Beaumont de Lomagne, fondées par les Cisterciens de Grand selve, Ste Marie de l'Herm resta longtemps un hameau fort modeste.
Si la Guerre de Cent Ans et les guerres de religion épargnèrent, semble-t-il, Ste Marie de l'Herm, il n'en fut pas de même à la Révolution: un procès-verbal des agents de la Convention du 26 nivôsede l'an IV (16 janvier 1796) mentionnait la destruction de la Chapelle Ste Marie, par ordre du représentant.

Un autre rapport, daté du 11 nivôse de l'an VIII (01 janvier 1800), signé Lézat, juge de l'administration de Cadours, confirmait :
'' Cet édifice est entièrement croulé, il n'existe plus que les murs; il dépend encore d'icelui quatre places de terre ''.

On put néanmoins retirer des décombres un monument épigraphique précieux, la pierre tombale d'un ecclésiastique, Raymond d'Autezac, datée de 1262. Ce dernier, apparenté à une riche famille du pays, était, au moment de sa mort, chapelain de Notre-Dame de la Dalbade à Toulouse, et recteur de Bellegarde ainsi que de l'annexe Sainte-Marie.

Une magnifique statue en bois doré fut également sauvée, une "Vierge à l'enfant" datant de la première moitié du XVIIème siècle. Elle porte gravés sur son socle, les noms du donateur Fontolives et de l'artiste Fontan '' Fontanus fecit anno 1637 liberalitate Fontolives ''.

Relevée des ses ruines dès 1819, Sainte Marie de l'Herm, appelée désormais Sainte Marie du Désert, attire la ferveur d'une foule de pèlerins de plus en plus nombreux chaque 08 septembre. Les moines cisterciens s'y installent à cette même époque: le 15 février 1861, Sainte-Marie du Désert est érigée en abbaye.

En 1881, un ouragan renversa le clocher sur la toiture qui s'effondra. Le Père Nivard Fournier, conseillé par l'architecte Bach de Toulouse, et soutenu par les populations voisines, conduit la reconstruction du sanctuaire entre 1884 et 1889.
C'est l'actuelle chapelle de pèlerinage Sainte Marie du Désert, chère aux habitants du pays, et dont le monastère assure l'entretien.

  Haut de page

LA VIE DU MONASTERE

'' Prière, travail, lectio '' les trois règles de St Benoît, à l'origine de l'ordre cistercien, sont  toujours au coeur de la vie quotidienne du monastère.
Les moines cisterciens trappistes, dits "cisterciens de la stricte observance", perpétuent aujourd'hui cette même vocation d'exemple et de pauvreté, dès quatre heures du matin,  jusqu'au coucher du soleil, à huit heures le soir.
L'exploitation agricole, développée par nécessité économique, génère une forte croissance des lieux monastiques. De tous temps, les cisterciens ont été les artisans du développement et de la propagation des techniques agricoles. On leur doit nombre de créations de villages et de bastides.

La ferme  est donc un pilier important à Sainte Marie du Désert, dont le territoire s'étend sur près de 130 hectares. Si la culture céréalière y a longtemps prévalu, les moines se consacrent aujourd'hui à un élevage de daims. Ils fabriquent également des produits artisanaux : produits d'hygiène et de toilette, produits dérivés de l'apiculture (encaustique, miel, bonbons), et livres et articles provenant de divers monastères.

  Haut de page

LA VISITE

  • LA CHAPELLE DE PELERINAGE (1884-1889)

Cette chapelle est d'inspiration romane, le matériau principal est la brique. Sa conception repose sur une nef unique avec des galeries latérales.

Le portail extérieur est surmonté de deux tours-clochers reliées par un "fronton" triangulaire. L'ensemble est sobre avec deux voussures.

L'intérieur s'organise autour d'une nef unique sans collatéraux ni transepts, les chapelles sont dans les contreforts. On remarquera l'absence de totale de peintures et sculptures.

La  plaque funéraire, datant de 1262, retrouvée dans les décombres de la chapelle après la Révolution est le seul vestige d'un tombeau connu pour être celui de Raymond d'Autezac. La présence de ce tombeau nous renseigne sur les origines du pèlerinage.

La statue bois doré qui orne le coeur de la chapelle daterait de 1637. De facture très fine, cette statue est intimement liée aux pèlerinages annuels qui ont lieu début septembre.

 

  • L'ÉGLISE ABBATIALE (1860)

Bâtie en 1860 par l'architecte Delort, l'édifice est tournée vers l'Est. il se compose d'un vaisseau central long de 49 mètres et large de 9 mètres. Les collatéraux mesurent 39 mètres de long sur 3 m de large.

Les fenêtres sont en arc brisé, elles laissent entrer très peu de lumière. A l'intérieur, la nef principale se compose de huit travées, sans transept, mais avec collatéraux. La voûte sur croisée d'ogives se retrouve dans la nef et dans les collatéraux. Il n'y a pas de chapelles.

Le chevet est pentagonal. L'ensemble est très dépouillé, selon la tradition cistercienne. Ce site est ouvert tous les jours.

  Haut de page

 
 
 Syndicat d'initiative du Pays de Cadours : 28 Avenue Raymond Sommer  31480 CADOURS - Tél.: 05 62 13 74 00
Email du Syndicat d'Initiative: syndicat-cadours31@orange.fr

Accueil |Liens 1 |Liens 2 |Liens 3 |Liens 4
Mentions légales | Le canton | Annuaires | Evènements | Tourisme | Hébergements | Transports | Les associations | L'ail violet | Plan d'accès | Loisirs détente | Fêtes et animations | Vie scolaire | La communauté de communes | L'histoire
cadours, 31, sud-ouest, ail violet, tourisme, initiative, gastronomie, patrimoine, gascon, occitan, Site officiel de la communauté de communes des Coteaux de Cadours, Bellegarde, Bellesserre, Brignemont, Cabanac, Cadours, Le Castéra, Caubiac, Cox, Drudas, Garac, Le grès, Lagraulet, Laréole, Pelleport, Puysségur et Vignaux, Communautés, villes haute-garonne, Midi-Pyrénées, Informations sur canton de Cadours, Pays de Cadours, Cadours capitale de l'ail violet, tout sur l'ail violet de cadours, l'ail de cadours, recettes à l'ail, château en midi-pyrénées, associations sportives, associations culturelles.


Création sites internet, référencement, hébergement